Historique

photo des batiments du carp

La crEation de l'Atelier ProtEgE à Philippeville

L'ASBL " Les Ateliers Protégés" de Philippeville est créée le 20 mai 1967 à l'initiative de quelques personnes de la région. Elle est constituée alors de 38 membres dont 13 administrateurs et son siège d'exploitation est situé rue de l'Hôpital, 6 à Philippeville dans d'anciens bâtiments appartenant à l'armée. Son but, comme tous les ateliers protégés, est de mettre au travail des personnes handicapées et les rémunérer comme des travailleurs dans une entreprise ordinaire. Bien entendu, les taux horaires appliqués dans ces institutions sont fixés par le FNRSH (Fond National de Reclassement Social des Handicapés) qui est le pouvoir subsidiant des A.P.

La crEation du C.A.R.P à Philippeville

En 1973, la Province de Namur décide, pour aider l'A.S.B.L qui se trouve en difficulté, de racheter les bâtiments et de lui donner une nouvelle dénomination : le "C.A.R.P" (Centre d'Adaptation et de Reclassement Professionnel) qui est toujours son nom actuel. Dès lors, la Province devient le Pouvoir Organisateur, responsable de la gestion de l'AP 91. A cette époque, l'atelier n'occupe qu'une poignée de personnes handicapées, mais bien vite il prend de l'expansion et le nombre de travailleurs s'accroît également. (+/- 80 en 1979). C'est pourquoi en 1980 l'Administration Provinciale accepte de construire de nouveaux bâtiments à la rue de la Gendarmerie où nous sommes implantés actuellement. Ceux-ci sont inaugurés en octobre 1982

Les changements A partir de 1997 dans les E.T.A

En 1997, La Commission Paritaire des ateliers protégés décide que la personne handicapée est un " travailleur à part entière " et lui rétribue 80 % du R.H.M.M.G. Les Ateliers Protégés prennent alors le nom d'ETA (Entreprise de travail Adapté). En 1999, la C.P. décide d'octroyer 100% du revenu mensuel moyen minimum garanti à la personne handicapée travaillant en E.T.A.
Cette politique salariale n'est aujourd'hui pas terminée et ceux que nous avions l'habitude de considérer comme des "handicapés" deviennent peu à peu des ouvriers qualifiés handicapés occupés dans une Entreprise de Travail Adapté.